Environnement
Réunion ministérielle informelle

Réunion informelle des ministres de l’Environnement : Ouvrir la voie à l’Accord de Paris sur le climat – Communiqué final

23-07-2015

Réunion informelle des ministres de l'Environnement le 23 juillet 2015
© eu2015lu.eu / Charles Caratini
À l’occasion du Conseil Environnement informel qui s’est tenu les 22 et 23 juillet 2015 à Luxembourg, les ministres ont discuté des Objectifs de développement durable (ODD) qui vont être adoptés à New York lors du sommet de l’ONU de septembre 2015. Ils ont convenu que ces ODD sont un défi et une opportunité dans la perspective d’élaborer des politiques plus durables, équitables et cohérentes tant au niveau internationale qu’européenne.

Les ODD sont une opportunité et une confrontation avec la réalité

Les ministres se sont entendus sur le fait que l’UE doit faire preuve de leadership dans la mise en œuvre des aspects environnementaux des ODD. "Ces objectifs sont un outil pour renforcer les politiques environnementales européennes. Les ODD  vont confronter nos politiques à la réalité : mettre entre œuvre les ODD dans l’UE signifie que l’environnement doit rester en bonne place sur l’agenda et doit être intégré aux autres politiques", a déclaré Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement qui exerce actuellement la Présidence du Conseil.

Le sommet de l’ONU de septembre, qui va traiter de l’éradication de la pauvreté et de développement durable, sera aussi une étape importante en vue de l’Accord de Paris sur le climat. Le changement climatique touche tout particulièrement les populations pauvres et vulnérables et les politiques durables ouvrent la voie aux actions de lutte contre le changement climatique.

Sur la voie de l’Accord de Paris : les négociateurs doivent poursuivre les progrès politiques

Les ministres ont fait le point sur l’état des lieux des négociations climatiques après le dernier round de négociations de l’ONU en juin, le dernier Major Economies Forum on Energy and Climate Change, coprésidé et accueilli par le Luxembourg, et les consultations ministérielles informelles de Paris. Ils ont évalué les progrès réalisés en vue d’un accord de Paris ambitieux et ont discuté des prochaines étapes en vue d’accélérer les négociations et de trouver des positions convergentes avec d’autres pays.

Des points de convergence commencent à émerger sur plusieurs sujets, comme par exemple en matière d’adaptation aux effets du changement climatique, une question particulièrement importante pour les pays en voie de développement. Les ministres ont souligné que cet élan doit être saisi par les négociateurs qui vont commencer leur prochain round de discussions à Bonn à la fin du mois d’août. "Le temps est compté jusqu’à Paris. Les négociateurs doivent suivre les impulsions de leurs ministres et nous livrer bientôt, en octobre au plus tard, un texte plus court limité aux principales options politiques", a déclaré Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement.

Le Conseil Environnement adoptera des conclusions le 18 septembre 2015 en vue de la Conférence COP21 . 

Financement de la lutte contre le changement climatique : des instruments pour créer la confiance

Les ministres de l’Environnement ont travaillé hier et aujourd’hui sur d’autres questions qui sont essentielles pour l’Accord de Paris – en particulier sur la manière de financer la transition vers des économies à faibles émissions de gaz à effet de serre et résilientes aux changements climatiques.

Ils ont souligné qu’il faut des signaux politiques pour mobiliser le financement de la lutte contre le changement climatique. Ils ont discuté de la proposition de la Présidence luxembourgeoise de créer une boîte à outils pour le financement climatique, qui pourrait inventorier, structurer et sélectionner les instruments nécessaires pour mobiliser le financement climatique. Ils ont aussi discuté de la nécessité de disposer de méthodologies solides et crédibles aptes à montrer que le financement climatique est assuré. Ce type de transparence créera de la confiance autour du fait que l’UE maintiendra ses engagements. Les ministres de l’Économie et des Finances (ECOFIN) discuteront du financement de la lutte contre le changement climatique lors de leur réunion informelle de septembre et adopteront des conclusions sur le financement climatique lors d’un Conseil formel en amont de la Conférence de Paris.  

Agenda des Solutions : Lier Paris à des actions sur le terrain

Les ministres ont aussi débattu de la manière de lier les négociations en cours sur l’Accord de Paris avec des initiatives climatiques sur le terrain, et ce, à travers le Plan d’Action Lima-Paris ou l’Agenda des Solutions. Ce plan a été lancé par les présidences actuelle et future de la Conférence des Parties à la Convention sur les changements climatiques (COP), le Pérou et la France, ensemble avec le secrétaire exécutif des Nations unies et le secrétariat de la convention-cadre climat, avec pour objectif de faire l’inventaire d’actions sources de transformations menées par des entités infranationales, des entreprises et d’autres acteurs non-gouvernementaux. Plusieurs États membres ont mis en exergue des initiatives concrètes dans ce domaine.    

La lutte contre le changement climatique au sein de l’UE: mettre les systèmes d’échange de quotas d’émissions de gaz à effets de serre (ETS) sur la bonne voie

Le commissaire européen Miguel Arias Cañete a présenté aux ministres la nouvelle proposition de réforme du système ETS. Les ministres auront un premier échange de vues sur la proposition lors de la prochaine réunion du Conseil "Environnement" en octobre.

  • Mis à jour le 23-07-2015