Affaires économiques et financières
Autre

Conférence "Financer l’économie circulaire" - Comment aider la transition vers l’économie circulaire

10-12-2015

Photo de famille lors de la conférence "Financer l'économie circulaire"
© European Union, 2015 / Photo: Anthony Dehez
Dans le cadre de la Présidence luxembourgeoise du Conseil de l’Union européenne (UE), la Commission européenne et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont organisé, le 10 décembre 2015 à Luxembourg, une conférence intitulée "Financer l’économie circulaire".

Cette rencontre avait pour but d’associer davantage le secteur financier européen à l'économie circulaire, essentielle pour les États membres de l'UE s'ils veulent lutter contre la pénurie et l'instabilité des prix des matières et contre la dégradation de l'environnement naturel. Après les mots de bienvenue du Premier ministre, Xavier Bettel, et du président de la BEI, Werner Hoyer, la commissaire européen en charge de l’Environnement, des Affaires maritimes et de la Pêche, Karmenu Vella, a présenté le paquet "économie circulaire" adopté par la Commission européenne une semaine plus tôt, le 2 décembre 2015.

Pour le Premier ministre Xavier Bettel, l’économie circulaire représente "plus qu’un modèle potentiel pour le Luxembourg et l’Europe, mais elle constitue un impératif économique."

Le président de la BEI, Werner Hoyer, a souligné dans son propos que la transition vers une économie circulaire implique de découpler croissance économique et bien-être social de la consommation de ressources et que cela sera sans aucun doute l’une des tâches les plus intimidantes que l’humanité aura à accomplir à l’avenir. Pour lui, l’économie circulaire est aussi être une solution efficace et importante pour lutter contre le changement climatique.

Werner Hoyer a encore indiqué que l’économie circulaire pourra créer jusqu’à 100 000 nouveaux emplois dans les cinq prochaines années et 2 millions d’ici à 2030, représentant ainsi une réelle opportunité pour la croissance.

Au sujet de la contribution de la BEI, le président Hoyer a souligné qu’elle avait cofinancé des projets d’économie circulaire à hauteur de 15 milliards d’euros au cours des dix dernières années, principalement Europe. Il a encore ajouté que la BEI travaillait intensément pour mettre sur pied des projets innovants dans le cadre du Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI) visant à mobiliser 315 millions d’euros d’investissements pour l’économie de l’UE au cours des trois prochaines années.

Werner Hoyer a encore évoqué les instruments de partage des risques comme InnovFin. Pour mémoire, InnovFin est une initiative du groupe BEI et de la Commission européenne  consistant en une série d’instruments financiers intégrés et en des services de conseils pour encourager les investissements en R&D des entreprises, quelle que soit leur taille. Dans ce contexte, la BEI et la Commission ont signé lors de la conférence un amendement à la convention de délégation InnovFin en vue de permettre à des initiatives et modèles économiques plus risqués d'accéder au crédit par le biais d'InnovFin, qui auparavant, n'était accessible qu'aux entreprises industrielles et technologiques innovantes. Le volet Services de conseil du dispositif InnovFin, un service de conseil financier de la BEI, permettra également à des entreprises de taille intermédiaire de mettre au point leurs projets d'investissement dans l'économie circulaire de manière à bénéficier des produits financiers qui leur sont destinés au titre d'InnovFin.

Le paquet "économie circulaire" de la Commission

Karmenu Vella, le commissaire européen à l’Environnement, aux Affaires maritimes et à la Pêche, a ensuite présenté le paquet "économie circulaire" adopté par la Commission européenne le 2 décembre 2015. Selon lui, l’économie circulaire est un moyen pour construire et renforcer l’avantage concurrentiel de l’Europe, générer de nouvelles opportunités d’affaires et créer des emplois qui ne pourront être relocalisés ailleurs.

Le commissaire a indiqué que le nouveau paquet de la Commission couvrira l’entièreté du cycle de vie des produits. Le plan d’action prévoit également des mesures en vue d’empêcher le gaspillage, a-t-il dit. Par exemple, la directive Eco-Design sera revue, dans le but de rendre les produits plus durables et faciles à réparer. Le nouveau paquet s’attaquera également à la question de l’obsolescence et contribuera à une meilleure information des consommateurs grâce à un nouveau label écologique de l’UE.

Du côté des consommateurs, le paquet prévoit de renforcer le critère des marchés publics écologiques, en vue d’encourager les autorités publiques à penser de manière circulaire.

Quant à la proposition sur les déchets, elle donnera à l’Europe un cadre ambitieux, clair et stable, a indiqué Karmenu Vella. Elle permettra aux acteurs publics et privés à travers l’Europe de développer des stratégies d’investissements à long-terme, centrées sur la prévention du gaspillage, la réutilisation des produits et le recyclage des déchets, en autres.

Mais pour passer à l’action, il sera nécessaire de renforcer l’innovation au niveau européen et d’attirer les investisseurs, a insisté le commissaire, annonçant encore une "série de mesures d’appui" impliquant Horizon 2020, la BEI, l’EFSI et les fonds structurels. Une initiative à hauteur de 650 millions d’euros a d’ailleurs été lancée dans le cadre d’Horizon 2020 sur "L’industrie 2020 dans l’économie circulaire", a-t-il dit, indiquant que d’autres fonds européens au titre des programmes de politique régionale ou la politique de cohésion seront mobilisés.   

  • Mis à jour le 10-12-2015