Emploi, politique sociale, santé et consommateurs
Autre

11èmes Rendez-vous économiques de la Méditerranée – L’initiative de la Présidence pour l'emploi des jeunes dans les pays du Maghreb est saluée comme "un premier pas essentiel pour traiter le problème du chômage des jeunes"

07-11-2015

Le 7 novembre 2015, Nicolas Schmit, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Economie sociale, a participé aux 11èmes Rendez-vous économiques de la Méditerranée. Cette conférence, organisée  par l’Institut de la Méditerranée/FEMISE et le Cercle des économistes, a clôturé la semaine économique de la Méditerranée en mettant l’accent sur la nécessité de "conforter le partenariat entre l’Union Européenne et le Maghreb par la formation et l’entrepreneuriat".

L’initiative présentée en juillet 2015 par la Présidence luxembourgeoise lors de la réunion informelle des ministres de l’Emploi, des Affaires sociales et de l’Égalité des chances était ainsi au cœur des discussions. Elle a fait l’objet d’un soutien explicite des économistes, experts, acteurs de terrain et responsables politiques présents à la réunion. Dans leur déclaration finale, ils considèrent en effet cette proposition comme "un premier pas essentiel pour traiter le problème du chômage des jeunes".

"La question sociale, et plus précisément l’emploi des jeunes, est une question de stabilité politique et de sécurité"

Fatallah Sijilmassi et Nicolas Schmit à Marseille le 7 novembre 2015 pour l'ouverture des Rendez-vous économiques de la Méditerranée
"La Présidence luxembourgeoise du Conseil de l’Union européenne attache une grande importance à la dimension sociale", a expliqué Nicolas Schmit dans son discours d’ouverture. "Le manque de perspectives de beaucoup de nos citoyens est un catalyseur pour la montée de mouvements extrémistes et la méfiance vis-à-vis des pouvoirs politiques", a-t-il constaté avant de souligner que "la question sociale, et plus précisément l’emploi des jeunes, est donc une question de stabilité politique et de sécurité". Un constat qui s’applique selon le ministre tant aux pays du nord qu’aux pays du sud de la Méditerranée. "La Méditerranée est un espace partagé entre les pays des deux rives", a ajouté le ministre qui a appelé à "créer de nouveaux liens de solidarité".

L’idée de l’initiative euromaghrébine pour l’emploi des jeunes est "d’investir dans nos jeunes afin qu’ils puissent pleinement participer à la vie économique et construire leur avenir", a rappelé Nicolas Schmit. L’initiative vise à renforcer et à renouveler le partenariat entre les Etats du Maghreb et l’Union européenne pour favoriser plus activement l’emploi des jeunes. La création d’emplois de qualité en est un objectif prioritaire. Le ministre considère que la formation professionnelle peut être un facteur permettant de combler l’écart qui existe entre offre et demande sur le marché de l’emploi. L’initiative entend donc donner une nouvelle dynamique à la formation professionnelle de façon à soutenir les investissements créateurs d’emploi, encourager l’entreprenariat des jeunes et transformer l’emploi informel ne bénéficiant d’aucune protection en emploi formel décent.

Nicolas Schmit a expliqué qu’au centre de cette initiative qui se veut complémentaire des efforts déjà déployés, il y a l’idée de "créer un dispositif de réseaux Nord/Sud d’établissements de formation pour :

  • Mettre à niveau les méthodes et les programmes par une démarche participative (acteurs publics, secteur privé et société civile),
  • Former les formateurs de façon continue aux nouvelles techniques,
  • Contribuer au renouvellement, à la modernisation des équipements des centres et à la formation du personnel,
  • Nouer des partenariats avec le secteur privé,
  • Favoriser les synergies entre la formation professionnelle et l’enseignement supérieur,
  • Certifier les nouveaux programmes et méthodes mis en place afin d’évaluer la qualité de la formation dispensée en répondant aux standards internationaux".

Les participants appellent à "créer un fonds spécifique commun pour mobiliser les 200 millions nécessaires au programme de manière à pouvoir entamer le plus rapidement possible ce premier pas pour l’emploi des jeunes"

Dans leur déclaration finale, les participants à la conférence considèrent l’initiative portée par Nicolas Schmit comme "un premier pas essentiel pour traiter le problème du chômage des jeunes".

"L’heure est grave pour l’Europe et le Maghreb", y mettent en gardent les participants à la conférence en soulignant que "certains pays atteignent la situation alarmante où deux tiers des demandeurs d’emploi ont entre 15 et 29 ans et en Europe 5 millions de jeunes sont au chômage, 50 % dans un pays comme l’Espagne".

Les participants à la réunion ont listé les objectifs à atteindre.

  1. Modifier complètement leurs approches traditionnelles des relations Nord/Sud en matière de formation professionnelle. Elles consistaient jusqu’à alors à vouloir transmettre des savoirs techniques à travers l’envoi d’experts. La nouvelle démarche consiste à développer en commun des programmes, à les réaliser à des niveaux semblables et à leur donner des accréditations parfaitement communes
  2. Pour cela des réseaux équilibrés d’institutions professionnels et universitaires Nord/Sud détermineront les métiers et les centres de formation les meilleurs de l’espace euro-méditerranéen
  3. Ceci nécessite que la nouvelle approche remette au cœur des projets le développement des bénéficiaires de la formation professionnelle et non les intérêts des institutions

"Nous demandons solennellement aux institutions qui financent traditionnellement les programmes de développement (Banque mondiale, Berd, AFD, BEI, Commission européenne) de créer un fonds spécifique commun pour mobiliser les 200 millions nécessaires au programme de manière à pouvoir  entamer le plus rapidement possible ce premier pas pour l’emploi des jeunes", concluent-ils.

  • Mis à jour le 10-11-2015