Affaires économiques et financières
Ministres au Parlement européen

Pierre Gramegna prend note des différences de position entre le Parlement européen et le Conseil de l’UE, suite à l’adoption par les eurodéputés d’amendements sur le projet de budget 2016 de l’UE

28-10-2015

Pierre Gramegna au Parlement européen le 28 octobre 2015
© Union Européenne 2015 - Source PE
Le 28 octobre 2015, les eurodéputés réunis en plénière ont adopté plusieurs amendements sur la position du Conseil de l’UE relative au projet de budget 2016 de l’UE.

Dans sa résolution adoptée par 434 voix pour, 185 voix contre et 80 abstentions, le Parlement a ajouté des fonds supplémentaires afin de gérer l'afflux sans précédent de réfugiés à l'intérieur et à l'extérieur de l'UE. Il a aussi alloué des ressources pour financer l'aide à la création d'emplois pour les jeunes, améliorer la compétitivité de l'UE et régler ses factures impayées. Les eurodéputés ont enfin rejeté toutes les coupes faites par les ministres de l'UE dans leur position, y compris celles en matière de migration.

"Je prends note des différences entre le budget tel qu’arrêté par le Conseil et les amendements votés par le Parlement européen", a déclaré Pierre Gramegna, ministre des Finances et président du Conseil Ecofin, à l’issue du vote des eurodéputés. La veille, en intervenant dans un débat en plénière sur le projet de budget 2016 de l’UE, il avait déjà jugé l’approche du Parlement européen sur le budget de l’UE pour 2016 comme étant "maximaliste et ambitieuse à l’extrême".

"C'est pourquoi, conformément à l'article 314, paragraphe 4, alinéa c) du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, je marque mon accord sur la convocation du comité de conciliation par le Président du Parlement européen", a encore dit le ministre.

Une procédure de conciliation de trois semaines débutera le 29 octobre 2015 en vue de trouver un accord entre le Parlement et le Conseil sur le projet de budget 2016 de l’Union. Le Comité de conciliation se réunira une première fois le 9 novembre. "La Présidence luxembourgeoise, avec le Parlement européen et la Commission, fera tout son possible pour qu’on puisse parvenir à un accord à la fin de la semaine du 13 novembre", a conclu Pierre Gramegna. 

 

  • Mis à jour le 03-11-2015