Emploi, politique sociale, santé et consommateurs - Justice et Affaires intérieures
Ministres au Parlement européen

Devant le Parlement européen, Nicolas Schmit souligne les efforts de la Présidence et du Conseil pour répondre à la crise des réfugiés

06-10-2015

Nicolas Schmit, ministre en charge des relations avec le Parlement européen pendant la Présidence luxembourgeoise du Conseil de l’UE, a souligné les efforts de la Présidence et du Conseil pour répondre aux défis de la crise des réfugiés, lors d’un débat sur la situation humanitaire des réfugiés en séance plénière au Parlement européen qui a eu lieu le 6 octobre 2015 à Strasbourg.

Nicolas Schmit devant le Parlement européen réuni en plénière le 6 octobre 2015
© European Union 2015 - Source : EP / Mathieu Cugnot

Nicolas Schmit a présenté les différentes actions au niveau européen, comme le financement d’organisations humanitaires telles que le Haut-Commissariat pour les réfugiés des Nations Unies (UNHCR) ou le Programme alimentaire mondial (PAM) pour "mieux répondre aux besoins des réfugiés à proximité de leur lieu d'origine" ou encore le renforcement des principaux "Trust funds", comme le Fond d'urgence pour l'Afrique. Dans ce contexte, le ministre a souligné l’engagement de la Présidence de mobiliser des moyens financiers afin de doubler la contribution venant du budget de l'Union pour arriver à un milliard d'euros supplémentaires, comme l’ont convenu les chefs d’Etat et de gouvernement lors d’un Conseil européen extraordinaire le 23 septembre 2015. 

Pour rappel, ce sommet a eu lieu au lendemain d’un Conseil extraordinaire "Justice et Affaires intérieures" (JAI) convoqué par la Présidence le 22 septembre, lors duquel les ministres européens en charge de l’Intérieur ou de l’Immigration avaient adopté à la majorité qualifiée le mécanisme provisoire pour une relocalisation d’urgence de 120 000 personnes ayant besoin d'une protection internationale depuis l’Italie et la Grèce. Lors du Conseil extraordinaire JAI du 14 septembre, les ministres s’étaient déjà accordés sur la relocation d’urgence de 40 000 personnes. "Tous ces efforts ont permis et doivent permettre de parvenir à des résultats importants et significatifs dans des délais les plus courts possibles", a insisté Nicolas Schmit. Il a également exprimé sa satisfaction quant au fait que "les premiers hotspots sont déjà opérationnels" et que d’autres "le seront bientôt".

Nicolas Schmit s’est félicité du fait que l'Allemagne vient d'organiser le 29 septembre 2015, en tant que Présidence du G7, un "Outreach event" en marge de la semaine ministérielle de l'Assemblée Générale des Nations Unies qui a permis d'enregistrer des engagements de l'ordre de 1,8 milliard d'euros supplémentaires. Le ministre a également expliqué que la Présidence est engagée à soutenir les propositions de la Commission européenne en matière d’ajustement budgétaire.

Nicolas Schmit a encore salué "l'excellente coopération nouée avec le Parlement dans l'examen de ces décisions et de la réactivité dont le Parlement a fait preuve".

Le ministre a indiqué qu’il a organisé un échange de vues lors du déjeuner les ministres du Travail réuni en Conseil EPSCO le 5 octobre 2015 à Luxembourg sur l’appui de l’UE et de la Commission européenne aux Etats qui accueillent le plus grand nombre de réfugiés et ceci afin de "faciliter leur intégration, leur accès au marché de travail, de soutenir des cours de langue, l’évaluation de leurs qualifications professionnelles ainsi que la scolarisation des enfants". La commissaire européenne Marianne Thyssen, chargée de l’Emploi, des Affaires sociales, des compétences de la mobilité des travailleurs, a présenté aux ministres des réflexions sur  l’utilisation de fonds, provenant notamment du Fonds social européen, pour intervenir à ce niveau, a précisé Nicolas Schmit. "La Présidence a l’intention de poursuivre cette réflexion dans le cadre de l’EPSCO", a-t-il ajouté.

Nicolas Schmit a encore insisté sur l’importance du Sommet de La Valette, qui a lieu les 11 et 12 novembre 2015 à Malte, notamment concernant les causes profondes de la migration, les questions de protection des réfugiés, la lutte contre les trafiquants ou la coopération en matière de retour et de réadmission.

Suite au débat très agité et contradictoire, Nicolas Schmit a estimé que "cette crise humanitaire interpelle les valeurs mêmes de notre Union, valeurs auxquelles nous sommes profondément attachés". Il a appelé à une action "forte, efficace, globale et à la hauteur du défi auquel l’Europe est confronté". "L’Europe est capable de maîtriser cette situation à condition d’être solidaire", a-t-il conclu.

  • Mis à jour le 07-10-2015