Affaires institutionnelles
Autre

La Présidence luxembourgeoise a été lancée officiellement avec un pique-nique européen au centre-ville de Luxembourg et la visite du collège des commissaires

lancement-polfer-juncker-bettel-bartolomeoLa Présidence luxembourgeoise du Conseil de l’UE a été lancée officiellement le 3 juillet 2015 avec un pique-nique européen au centre-ville de Luxembourg et la visite du collège des commissaires. Place d’Armes et dans les rues adjacentes, une "happy hour" a été organisée à partir de 18 heures pour offrir des spécialités culinaires des 28 Etats membres, comme des tapas et calamares espagnols, des beignets de morue portugais ou du "fish and chips" britannique.

A 18 heures 30, les commissaires européens et leur président Jean-Claude Juncker se sont présentés Place d’Armes où ils ont été accueillis par Lydie Polfer, bourgmestre de la ville de Luxembourg, et par Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois.

Lydie Polfer a souhaité une "main heureuse" à la Présidence luxembourgeoise et à la Commission européenne pour que l’Europe devienne "synonyme de progrès et d’harmonie" et "plus forte et plus solidaire". "C’est votre ville, car avec 69 % d’habitants qui ne sont pas luxembourgeois, la ville de Luxembourg est une ville vraiment européenne", a-t-elle dit.

Xavier Bettel a affirmé que "ce ne sera pas une présidence facile". "L’Europe doit rester unie", a-t-il ajouté. Il a appelé à la solidarité et souligné que le "projet de paix" européen "est toujours une réalité".

Jean-Claude Juncker a remarqué avec un clin d’œil qu’il fait "aussi chaud qu’à Athènes". Il a jugé que cette Présidence luxembourgeoise du Conseil aurait "le même succès" que les onze précédentes, car il y a "le même élan". 

Après ces discours, l’hymne européen a été entonné par des chorales de jeunes. Malgré la chaleur, des files se sont rapidement constituées devant les stands. Monique et René, un couple de Luxembourgeois, sont venus chercher des timbres luxembourgeois de l’édition spéciale "Présidence" au stand de la poste. "J’espère que la Présidence permettra de transmettre une image positive du Luxembourg à l’étranger", dit Monique qui se dit "fière" de la Présidence.

La plupart des personnes interrogées par notre équipe sur leurs attentes envers la Présidence ont évoqué la problématique des réfugiés ainsi que les dossiers de la Grèce ("Grexit") et du Royaume-Uni ("Brexit"). "Le dossier des réfugiés doit constituer la première priorité de la Présidence", a par exemple estimé Gaëlle, une Franco-Belge qui travaille à la Cour de justice de l’UE. Mais ce ne sera pas simple, a ajouté Claude, un juriste luxembourgeois, puisque "les décisions sont souvent prises par les Etats membres".

Frédéric, un fonctionnaire luxembourgeois, a pour sa part jugé que la Présidence luxembourgeoise est une bonne occasion pour le Luxembourg de se faire connaître.

  • Mis à jour le 03-07-2015